La Directrice Marketing et Communication du Groupe Lorillard nous fait part de son expérience avec Adimage Adexpo et plus largement, de sa vision du métier de standiste. A découvrir dans cette interview...

Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Je suis V.M., Directrice Marketing et Communication du Groupe Lorillard. Je suis en charge du marketing stratégique et opérationnel pour l’ensemble des marques du Groupe. En termes de stratégie, je dois définir le positionnement des différentes marques en cohérence avec la stratégie du groupe. Dans la partie stratégique, nous définissons le positionnement en fonction de nos marchés cibles. Vient ensuite la partie opérationnelle avec les moyens tels que les outils de communication indispensables à l’échelle du Groupe. On retrouve ainsi le salon qui tient une place importante chez nous depuis de nombreuses années.

 

Vous avez fait appel à la société Adimage Adexpo pour réaliser vos stands. Pourquoi ce choix ?

Cela coïncide avec mon arrivée au sein de l’équipe. Jusqu’à présent, nous avons pensé et structuré nos stands nous-mêmes. Au moment où je suis arrivée, Thierry Luce notre Président Directeur Général, a souhaité faire appel à un standiste pour une typologie d’événement très important destinée aux professionnels. Je connaissais Adimage Adexpo car j’avais déjà eu l’occasion de travailler avec eux, mais pas à proprement parler sur de gros stands. Nous étions sur des projets plus “légers” avec des stands parapluie par exemple. J’avais d’ailleurs trouvé leur site Internet bien fait, convaincant avec de beaux visuels, et c’est aussi un chartrain comme nous !

Nous avons fait appel à 3 standistes parisiens ainsi qu’Adimage Adexpo. Étant situés à deux pas de nos bureaux, ma collaboratrice Marion s’est rendue sur place afin de visiter l’entreprise. Ils nous ont fait une proposition très rapidement, très compétitive en termes de prix, mais ont surtout fait preuve d’originalité et de qualité dans leurs propositions.

Pour un autre très gros salon destiné aux particuliers, la Foire de Paris, Marion est allée dans leurs locaux afin de travailler en direct avec la personne en charge de la gestion de l’espace. Cela lui a permis de bien faire comprendre nos besoins et nos contraintes.

Par ailleurs, le fait qu’ils soient proches est très pratique également en matière d’organisation car Adimage nous a déjà ramené une fois une palette d’un salon nous évitant ainsi de nous déplacer. Pour nos menuiseries nous le faisons en interne. Aussi, ils sont très professionnels et très créatifs. La première proposition qu’ils nous ont faite à fait l’unanimité tout de suite.

De manière générale, faire appel à un standiste n’a rien d’anodin. Il me semble important de rappeler que, pour une entreprise, le salon est un énorme enjeu commercial car il y va de notre image, de notre notoriété et du retour sur investissement. Nous avons choisi de solliciter un standiste car c’est un véritable métier. C’est pour cela que j’ai convaincu la direction de faire appel à eux pour la majeure partie de nos salons. En matière de gestion de l’espace, c’est en fait comme un décorateur ou un architecte, cela ne s’improvise pas. L’aménagement, la scénographie, les espaces réceptifs, l’accueil, les jeux de lumière, le choix des lampes, du mobilier, leur emplacement, le sol, etc. Tous ces choix et cette organisation représentent une véritable expertise.

Les retours internes sont aussi très bons, les commerciaux ont beaucoup apprécié cette nouvelle mise en scène. Les prospects s’y sont d’ailleurs bien sentis aussi et certains même nous ont félicités. Au final tout le monde y gagne !

 

Pour quels salons/événements et quelles marques du Groupe Lorillard avez-vous fait appel aux équipes d’Adimage Adexpo ?

Les équipes d’Adimage Adexpo sont retenues sur la quasi-totalité des salons du Groupe Lorillard. Une chose et pas des moindres les différencie : ils fabriquent et nous sommes à terme propriétaires des éléments en dehors du mobilier et des accessoires. C’est un peu comme un leasing et au fur et à mesure nous devenons propriétaires de l’ensemble de nos structures. Par exemple, ils ont réalisé pour nous un mur lumineux de 4 mètres que l’on a réglé une fois et que nous réutilisons à chaque événement. Il faut évidemment changer les visuels des cloisons en fonction des marques, mais les éléments de structure du sol (en dehors des finitions à refaire car elles s’usent) par exemple nous appartiennent. C’est pour cela que l’on peut aussi faire appel à eux pour l’ensemble de nos événements.

Concernant les salons, ils se sont chargés de notre stand Lorenove pour la Foire de Paris, le plus gros pour nous. Nous participons à des salons très différents. Certains de l’ordre de l’institutionnel et du réceptif, comme celui qui va se dérouler fin septembre 2017, le salon USH de Strasbourg. Le Groupe Lorillard y est représenté. Ils ont réalisé notre stand Lorebat pour le salon Equip’Baie l’an dernier, mais également celui du Groupe pour le salon de l’AMIF. Ils seront également en charge du stand prévu au salon des Copropriétés qui aura lieu en novembre pour notre entité Lorenove Grands Comptes.

 

Quels sont selon vous les critères qui définissent un bon standiste et quelles sont les forces d’Adimage Adexpo ?

La créativité, la réactivité, la disponibilité et la qualité bien sûr. L’écoute et le respect des besoins du client en y ajoutant le zest de créativité qui fait mouche. Les équipes d’Adimage Adexpo se distinguent à ce niveau. Sans démesure, nous avons eu un stand différenciant et créatif à la Foire de Paris. L’objectif était d’être dans un univers habitat, comme dans une maison. On était chez soi lorsque l’on venait sur le stand Lorenove et on y trouvait un large éventail de nos gammes de produits et de notre savoir-faire : il y avait l’espace des portes d’entrée, des menuiseries en bois, aluminium ou PVC, les volets, les portails. C’était bel et bien le cahier des charges. La gestion de l’espace se pense comme chez un architecte. Il optimise les volumes pour que votre maison corresponde au mieux à votre manière de vivre. Et bien dans ce cas, cela est pareil : un architecte décorateur d’espaces éphémères.